Nature

Et la terre décida de s’offrir une année sabbatique en 2020

Denis RICHARD

Sonart

La terre vit, elle respire, elle est constituée de magma que l’on pourrait apparenté à notre système sanguin, des nombreux fluides la constitue, l’eau, qui pourrait s’apparenter à notre système lymphatique. Le pétrole, qui sans doute joue le rôle d’amortisseur entre les plaques tectoniques pour éviter les tremblements de terre, pourrait s’apparente a nos tendons. La terre émet un puissant champ électromagnétique tout comme le cœur de l’être humain. La terre abrite ou abritait de nombreuses espèces qui font toutes partie d’une chaine écologique parfaite, allant des organismes les plus petits jusqu’aux êtres vivants les plus imposants. Ces même organismes et êtres vivants ont subit des versions et développements différents en fonction des aires, influencés par les éléments naturels de chaque époques. La relation en la terre et l’espace humaine comme avec toute espèce vivante terrestre est basé sur la symbiose, chaque espèce rempli une fonction, une utilité, une unité, qui permet une harmonie, une symphonie de vie terrestre.


Le tout est régit par une intelligence qui relit l’ensemble du vivant
qui apprend extrêmement rapidement même si les adaptations et modifications dans les métabolismes du vivant peuvent prendre plusieurs cycles de vie. Vous pouvez l’appeler Dieu, lui donner tous les noms de prophètes, toutes les formes possible et imaginable, il en résulte que nous parlons tous de la même intelligence et qu’elle régit et s’applique à tous, y compris a ceux qui n’admette pas sont existence et encore plus à ceux tente de rentrer en contact avec elle.

De nombreuses civilisations se sont succédé au fil du temps, on se rend compte de plus en plus grâce au médias alternatifs et hors du système conservateur de nos établissements d’apprentissage, que les civilisations qui nous ont précédés ont toutes subit des cycles, les menant à une forme d’apogée, de déclin et de disparition. Puis une nouvelle civilisation émerge, ce développe, arrive à son apogée puis décroit et disparait. Un peu comme un cycle de vie finalement, la naissance, le développement, puis la mort, pour certaines croyances, plus rien, d’autre, une réincarnation qui recommence le même processus, pour d’autre encore la libération des réincarnations, ou encore l’accès au paradis.

Ce qui parait évident, c’est que notre monde se transforme très vite et s’accélère dans les directions dans lesquelles nous avons choisi d’aller. Car tout ce qui ce produit est le résultat des choix fait dans le présent, qui deviennent des choix pris par le passé et qui posent les choix à faire dans le futur. Chaque choix oriente notre futur dans une certaine direction, cap, chaque progrès, devrait nous permettre d’être aligné avec futur dans lequel nous retrouvons être vite au présent. Cette boucle se reproduit à l’infini, du moins sur le niveau de l’univers, car elles sont de plus courtes durées en fonctions des organismes et êtres vivants.

Les facteurs qui permettent d’identifier le déclin d’une civilisation peuvent être les crises, que cette même civilisation doit faire face. La corrélation des crises, leur récurrence, leurs augmentation provoque un effet cascade, de plus une nouvelle crise dans un secteur fragilisé par une crise précédente l’affaiblit. Les crises sont imbriqués, interconnectés, comme tout ce qui existe sur terre. L’apparition de nouvelles crises, risque aussi d’augmenter le niveau des autres crises, si bien qu’a force, l’ensemble des mécanismes vivants s’en retrouvent paralysés, asphyxiés.


Nous somme dans « la crise de l’Asphyxie » une des plus vitale et importante de ce siècle.

Car le contraire de l’Asphyxie c’est la respiration. Asphyxie = mort / Respiration = vie pour faire simple et court.


Tout le monde se tourne à présent sur la manière, la façon de respirer, comment bien respirer pour éviter l’asphyxie ?
Comme décrit précédemment tout est imbriqué, tout ce que la NATURE a créer, a une utilité et elle dépasse souvent ce que peut comprendre ( la plus évoluée des espèces vivante sur terre ). S’en prendre à ce que la nature a créer c’est quelque part aussi s’en prendre à soi même.
Notre planète terre, a qui nous devons tout ce que nous sommes et tout ce que nous ( avons ) avait probablement un besoin urgent de respirer car pour toutes les raisons que nous connaissons, elle s’asphyxie;
Tout comme l’être humain dans cette crise sanitaire.
Se ressourcer sans poplution atmosphérique, des vraies vacances pour la terre, plus d’avions pollueur et asphyxiant dans le ciel, beaucoup moins de moyens de transports sur la surface de la terre. L’arrêt des ponctions et purges incessantes des humains pour extraire toujours plus de fluides, gaz et matières qui font probablement partie de l’équilibre et de la bonne santé de la terre.

Pendant ce temps nos ainés et pas seulement meurent d’Asphyxie par l’attaque du système respiratoire le plus foudroyante que l’humanité es vue dans notre civilisation.
La terre a besoin elle aussi de respirer, de se ressourcer, tout comme nous.
La prise de conscience de l’acte de respirer et de la bonne santé de nos systèmes immunitaires est la clé de voute de cette crise sanitaire. Cela est le résultat des choix que nous avons fait, des choix parfois et souvent fait par une minorité et imposée au reste du monde.
Mais au niveau local, personnel nous avons encore la possibilité de quelques choix, celui de ce que nous laissons rentrer dans notre organisme, car tout ce que nous laissons rentrer dans notre organisme ( vivant ) contribue ou non à la santé et au niveau de son système immunitaire. Donc le simple fait de choisir entre un aliment et un autre entre déjà dans cette logique.

Cette respiration que s’accorde la terre en 2020 est un message fort qu’il faut prendre en considération à chaque fois que nous ( inventons ) quelque chose, c’est une vison sur l’ensemble de notre progrès qu’il faut avoir. Nous devons être encore plus draconiens que les actuels tests des médicaments susceptible de nous soigner. Médicament que nous avons besoins, lorsque malheureusement le corps humain n’a pas toutes les ressources naturelles suffisante et don chaque entre humain devrait être constitué, pour ce défendre soi même, contre ce type de rencontre, a savoir un virus encore inconnu de notre système immunitaire.

Si l’origine de ce virus est à 100% naturelle, cela pourrait être du au fait que ce virus n’ayant pas trouver assez d’habitats vivants chez les espèces animales, est été contraint, pour sa survie, de changer d’habitat et de tenter de vivre en symbiose avec l’être humain. Ce qui ce produit pour une certaine partie de la population, les porteurs sains.
La encore on peut y voir un effet secondaire à notre progrès, qui fait malheureusement fit des autres espèces vivantes terrestre.
Là encore, la chaîne écologique est cassé, il faut savoir et vouloir la réparer plutôt que de tenter de l’effacer.

La solution c’est la respiration, pour soi même mais aussi pour la terre, autour de novelles normes pour vérifier qu’une technologie n’a pas d’effets secondaires sur l’espace humaine son environnement, la terre.


Ne pas prendre soin de la terre c’est ne pas prendre soin de soi même.


Le temps de cette respiration c’est l’occasion de revoir le progrès non pas comme unique motivation le moyen d’obtenir de l’agent et du pouvoir pour galvaniser son égo. Mais comme un progrès qui est basé sur l’intelligence de la NATURE, car ce n’est qu’avec elle que nous vivrons, pas avec des lingots d’or et des voitures en orbite dans l’espace.
La question de l’artificiel sera donc le challenge des visionnaires en capacité d’auto-financer leurs vison du progrès.
Une charte du progrès devrait être rapidement mis en place par une unification de plusieurs représentants non soumis aux tentations.

Constituée de scientifiques, biologistes, médecins, chercheurs, des personnes issues de la société civile tirés au sort…
Cette charte devrait avoir un crédo simple : toute innovation, projet, qui a court et ou à long terme est susceptible de créer plus d’un certain % ( à définir ) d’effets secondaire non désirable pour l’humain et pour son environnement de vie, y compris pour les technologies non visible, inaudibles, devrait ne pas être autorisé, pour le bienêtre de l’être humain et de son environnement proche et lointain sur terre, mer, ciel, espace…
Cela va demander plus temps et ralentir la quête du progrès, du pouvoir et la domination des élites ne devra pas être au dessus de cette nouvelle unification bienveillante du progrès.

Bonne respiration à tous

Étiquettes : , , , ,

Leave a Comment

Si vous aimez cette vidéo, merci de la partager !
PageLines